BONJOUR !   Tous les jeudis START une emission musicale et à textes avec des rubriques , des speciales, de la musique internationale…

Voir l'émission

Vous êtes membre d'une association, vous êtes Président(e) d'une association, qu'elle soit caritative, culturelle, spor…

Voir l'émission

Shoot Again, c'est votre émission de Musique indée, artistes majeurs (dans leur influence) et/ou oubliés, internationnaux, na…

Voir l'émission

Le HCV Caen EC avait le privilège de débuter la saison de hockey en salle à domicile, et il a (presque) parfaitement saisi sa chance. Les Caennais ont remporté deux des trois matchs qu’ils ont disputés, ne concédant qu’un match nul contre Barentin. Le maintien est quasiment déjà assuré.   C’est un « très bon week-end » que le HCVCEC a connu au gymnase du Chemin Vert, samedi et dimanche. Le premier des trois tournois que comporte le championnat de Nationale 1 s’est achevé sur un bilan particulièrement positif. « On savait qu’on avait une belle équipe, mais il y a toujours de l’incertitude quand on commence une compétition, observe Nicolas Chambet, l’entraîneur caennais. L’objectif premier était le maintien. On a un pied dedans. On peut se permettre de revoir nos ambitions à la hausse… »   Pourtant, les Caennais peuvent nourrir de légers regrets sur leurs deux jours de compétition. Leur entrée en matière contre Barentin samedi après-midi n’a pas apporté le résultat escompté. Caen, peut-être tendu par le contexte, a été contraint de partager les points (3-3). Son entame ratée a failli lui être très préjudiciable. « Dans l’ensemble, on s’en sort bien. On a très mal commencé ce match. Un premier match, c’est toujours compliqué à aborder. On ne s’était pas non plus préparé contre des adversaires ayant ce niveau de jeu et cette intensité. Revenir au score, ce n’était donc pas si mal. » Barentin a toutefois perdu ses deux matchs suivants, ce qui laisse à penser que Caen, largement dominateur en fin de rencontre, pouvait faire mieux.   Le deuxième tournoi sera décisif   Les Calvadosiens ont toutefois bien réagi dès leur deuxième rencontre, programmée quelques heures plus tard. Face à une équipe de Carquefou aux trois défaites en trois matchs à Caen, ils n’ont pas fait dans la dentelle (7-2). « Carquefou est une équipe très jeune, précise Nicolas Chambet. On a su faire parler notre plus grande puissance dans le jeu et notre avantage de maturité. On a aussi été efficaces. » Cette efficacité, Caen l’a également démontrée le lendemain devant Nantes, sûrement le plus coriace des adversaires rencontrés ce week-end. Les Caennais se sont imposés 4-3 à la faveur d’une « bonne première mi-temps ». « On a eu plus de mal à développer du jeu en deuxième mi-temps, mais on a su démontrer une bonne gestion défensive pour ne pas prendre l’eau. Notre gardien a également fait une très bonne performance. »     Caen, qui dispose en salle d’une équipe renforcée par rapport au gazon (un joueur, comme Maxime Chéron, peut avoir deux licences, une pour le gazon et l’autre pour la salle), peut regarder vers le haut. Ces premiers résultats donnent en tout cas du crédit à une nouvelle ambition. « Cela nous ouvre la possibilité de jouer une place en playoffs si on fait un très bon deuxième tournoi, estime Nicolas Chambet. Ce championnat est très homogène. Tout le monde peut battre tout le monde. » Plutôt une bonne chose en vu du week-end des 6 et 7 janvier, où Caen affrontera les deux co-leaders, Douai et Rouen, ainsi que le septième Lanbersart. Ce sera encore une autre paire de manches…

Lire…

Gardien titulaire du Hockey Club de Caen en début de saison, Quentin Papillon a fait les frais du passage à vide de son équipe en n’étant pas convoqué pendant trois matchs de suite. Remplacé par son jeune coéquipier de Rouen Raphaël Garnier, il est finalement revenu le couteau entre les dents pour sortir deux énormes prestations contre Mont-Blanc et Cholet. « Je voulais montrer [à Luc Chauvel] qu’il avait eu tort », dit-il.   Quentin, le Hockey Club de Caen a rechuté contre Brest (1-5)… C’est une grosse déception. On a très mal commencé, on n’était pas prêts. On a un peu mieux joué dans les deuxième et troisième tiers, mais eux se sont relâchés aussi. Ils ont su préserver leur avance. On était malgré tout un petit mieux, en ayant toutefois moins de pression dans la mesure où ils jouaient plus défensivement. Ils ont géré leurs efforts.   Pourquoi êtes-vous en difficulté à domicile ? C’est une bonne question à laquelle je ne saurai pas répondre. Personnellement, j’essaie de me préparer de la meilleure des façons, que ce soit à domicile ou à l’extérieur. Je ne sais pas ce qui change pour les autres joueurs, peut-être ce qu’on fait dans la journée… De mon coté, mes journées sont les mêmes pour être prêt à chaque fois.   Avez-vous trop envie de bien faire devant votre public, plutôt que de vous concentrer sur des tâches plus défensives ? C’est possible, c’est vrai qu’on a envie de rendre notre public heureux, mais l’intérêt des supporters, c’est qu’on gagne… Au premier tiers, on a eu beaucoup de déchet. Je ne pense même pas qu’on a essayé de bien jouer. On n’était pas prêt, c’est tout.   Après avoir gardé ta cage inviolée à Cholet (0-5), ce doit être rageant de prendre cinq buts… C’est sûr. Comme toute l’équipe, je n’étais pas prêt au début du match. Je le paye cash. J’ai essayé ensuite de tourner la page et de donner la chance à l’équipe de pouvoir revenir, même après quatre buts. J’ai essayé de me battre jusqu’à la fin pour avoir le moins de regrets possible.   Ton retour avait été fructueux lors des deux matchs précédents. Tu avais faim et envie de montrer certaines choses ? C’est sûr que ça ne m’a pas plu que Luc (Chauvel) préfère faire venir un autre gardien plutôt que de me faire confiance. On restait sur cinq défaites consécutives. Forcément, j’avais faim quand je suis revenu. Je voulais lui montrer qu’il avait eu tort, tout simplement, et que même s’il avait eu cinq points (en trois matchs, ndlr), il aurait pu en avoir six, sept, huit ou neuf avec moi.   As-tu eu le sentiment d’avoir été la victime collatérale des mauvaises performances de l’équipe ? Oui, un petit peu. Mais est-ce que j’étais à mon meilleur niveau à ce moment-là ? Je ne pense pas non plus. C’est pour cela que je suis revenu et que je voulais montrer que j’étais prêt à tout moment à partir de maintenant, que ça ne se recommencerait plus et qu’il n’aurait plus besoin de me changer.   Peut-être que ce changement a fait l’effet d’un déclic pour l’équipe : a-t-il pu être constructif pour toi aussi ? Oui, de toute façon je pense que peu importe ce qui arrive dans la vie, il faut essayer de le prendre de la bonne façon et d’aller de l’avant. C’est une décision du coach, je ne peux rien y changer. Et une fois que c’est fait, c’est fait. La meilleure chose à faire est de l’accepter et de revenir encore plus fort.   Tu as donc rejoué quelques matchs à Rouen, et ça s’est plutôt bien passé… Oui, ça va. Avec la D2, on a gagné les trois matchs. En Magnus, il y a eu une défaite en prolongation, ce n’est pas forcément le top. Mais j’ai quand même plutôt bien performé je pense.   Cette concurrence entre les jeunes gardiens de Rouen est-elle difficile à gérer, ou vous tire-t-elle vers le haut ? Il y a des moments où c’est difficile, mais on sait qu’on doit toujours rester au top. On n’a pas le choix. Si on fait une contre-performance ou deux, on sait qu’on peut se faire nexter immédiatement. On essaie de rester performant.  

Lire…

Il faut bien creuser pour trouver les satisfactions du week-end sur le plan sportif. Ce n’est pas Malherbe, tenu en échec par Guingamp, le CBC, battu par Blois, Mondeville, dominé par Nantes, ou les Drakkars, facilement maîtrisés par Brest. Il y a toutefois eu du positif, qu’on revient également. Pour vous présenter tout cela, on a légèrement changé nos habitudes…   La belle surprise   En s’imposant 4-8 à Faches-Thumesnil, cinquième, La Guérinière a frappé un grand coup. Les Caennais prennent tout simplement la troisième place du classement de D2 à égalité de points avec Laval, tenu en échec par Hérouville dans une ambiance assez délétère, samedi soir (5-5). Les promus caennais, deuxième attaque du championnat derrière une équipe d’Acces quasi hors-catégorie, n’étaient pas attendus à pareille fête.   La bonne opération   En surclassant Bayeux (3-0, mais le score aurait pu être bien plus lourd), Mondeville a réalisé une très belle opération dans le haut de tableau de Nationale 3. Les hommes de Tony Rouillon profitent du nul de Saint-Lô à Évreux (0-0) et du report de Oissel-Gonfreville pour revenir à un petit point du leader. Deuxième, Mondeville sera une des équipes à suivre en deuxième partie de saison, malgré le retrait de son ex-président et mécène Jacques Pleurmeau.   Le faux départ   Mené 4-0 dès le premier tiers-temps contre Brest, le Hockey Club de Caen peut regretter d’avoir totalement manqué son début de match. À la rue pendant vingt minutes, il s’incline finalement 5-1. Caen a su rééquilibrer les débats dans les deux dernières périodes, mais son faux-départ l’avait fait partir de trop loin. Rageant !   Le flop   L’attaque malherbiste ne finit pas de décevoir. Certes, les Caennais sont capables d’amener de vraies situations de but, mais que de difficultés pour les convertir ! Contre Guingamp, aucune des deux occasions franches obtenues n’a été convertie. Caen n’a marqué que trois buts depuis la fin du mois d’octobre. En huit matchs, c’est très léger… Heureusement, la défense est quant à elle au top.   La fin de série   Le Caen Basket Calvados a concédé sa première défaite à domicile en championnat depuis le 14 octobre 2016, vendredi soir contre Blois (69-83). Les Caennais restaient sur 17 victoires chez eux en Nationale 1 et Pro B. Privés de Gregg Thondique puis de BJ Monteiro, victime d’une rechute au genou, ils n’ont pas réussi à rivaliser avec une équipe de Blois extrêmement adroite.   Le presque exploit Photo Photorizz   Ça n’aurait pas valu la victoire d’Ajaccio (N2) contre Aix (D1) dans cette même Coupe de France, mais le Caen Handball est passé tout près d’une grosse sensation. Les Vikings ont longtemps mené la vie dure à Dunkerque, cinquième de Lidle Starligue, l’élite française. Devant jusque dans les dernières minutes, ils se sont inclinés d’un petit but à nouveau (23-24). C’est leur cinquième défaite de la saison par un but d’écart. Frustrant.     La warrior   « Kim, elle fait toujours son effet », reconnaissait une Myriam Djekoundadé il y a quelques semaines. Oh oui, Kim Gaucher fait toujours son effet, sur le terrain comme en-dehors, avec ses grands yeux bleus et son incroyable fighting spirit. Contre Nantes, on l’avait vue quitter le terrain discrètement, ouverte en haut du front, le visage en sang. À la bataille du rebond, exercice où elle excelle cette saison encore (c’est la troisième rebondeuse du championnat), elle avait laissé des plumes et des points. Trois points de suture, évidemment à vif, après lesquels elle était revenue tout sourire sur le terrain, sans rien perdre de sa combativité. La Canadienne, incontestable locomotive de son équipe, a terminé avec 16 points, 10 rebonds et 5 passes décisives. Cela n’a pas suffi, mais quel modèle pour ses jeunes coéquipières…   L’injouable   Aurélien Le Rouxel réalise une première partie de saison extrêmement de très haut vol. Non content d’avoir inscrit 39 points il y a un peu moins d’un mois, le Postier conserve des bases extrêmement élevées en Nationale 3. Samedi soir, il a été légèrement au-dessus de sa moyenne en inscrivant 28 points lors de la victoire de son équipe contre Trappes (81-68). Dans son sillage, l’ASPTT Caen continue d’enchaîner les victoires. Les PTT sont deuxièmes, juste devant Caen Nord. À noter que Madame Le Rouxel, Sarah de son prénom, est elle aussi deuxième de Nationale 3. Mais à la tête des filles de Douvres, cette fois.     Les résultats   FOOTBALL Ligue 1 Caen 0 – 0 Guingamp National 3 Mondeville 3 – 0 Bayeux SM Caen 3 – 2 Rouen Alençon 4 – 1 Pacy-Ménilles Évreux 0 – 0 Saint-Lô Quevilly – Dives-Cabourg Reporté Oissel – Gonfreville Reporté Régional 1 féminin AG Caen 1 – 1 Rouen PE   FUTSAL Hérouville 5 – 5 Laval (D2) Faches-Thumesnil 4 – 8 La Guérinière (D2)   BASKET Mondeville 59 – 68 Nantes (LFB) Nantes (espoirs) 58 – 69 Ifs (NF1) Mondeville (espoirs) 55 – 73 Rennes (NF2) Douvres 75 – 59 Avrillé (NF3) Rennes (B) 62 – 71 Ifs (B) (NF3) ASPTT Caen 81 – 68 Trappes (NM3) Caen Nord 78 – 73 Évreux (B) (NM3) Caen BC (B) 62 – 77 Montfort (NM3)   HANDBALL Caen 23 – 24 Dunkerque (16ème de finale de Coupe de France)   HOCKEY-SUR-GLACE Caen 1 – 5 Brest (D1)   ROLLER-HOCKEY Ris-Orangis 2 – 4 Caen (16ème de finale de Coupe de France)   HOCKEY EN SALLE 1er tournoi de Nationale 1 masculine Caen 3 – 3 Barentin Caen 7 – 2 Carquefou Caen 4 – 3 Nantes 1er tournoi de Nationale 1 féminine Carquefou 3 – 1 Caen Charcot 6 – 0 Caen Blanc-Mesnil 3 – 0 Caen   VOLLEY Hérouville 1 – 3 Rennes (B) (NM2) Saint-Cyr 0 – 3 ASPTT Caen (NF3) Asnières 3 – 0  Carpiquet (NF3)   Vésinet 3 – 0 Caen (NM3)

Lire…

En se montrant une fois encore incapable de marquer, le Stade Malherbe a concédé son quatrième match sans victoire toute compétition confondue face à Guingamp, samedi soir (0-0). Peu enthousiasmants dans l’ensemble, les Caennais ont aussi manqué de réalisme. Ils confirment en revanche toute leur solidité défensive.   « Quand on n’arrive pas à gagner, il faut savoir ne pas perdre. » Pas sûr que Damien Da Silva et Jérémy Sorbon se soient consultés avant de prononcer cette même phrase à quelques minutes d’intervalle, mais la coïncidence révèle le terrain d’entente qu’ont trouvé caennais et guingampais après s’être séparés sur un score nul. Stade Malherbe et En Avant se sont neutralisés assez logiquement au regard de la physionomie du match. Les Guingampais ont eu très chaud sur ce qui constitue sûrement les deux plus grosses occasions de la rencontre, deux centres de Jordan Nkololo pour Ronny Rodelin et Ivan Santini, mais c’est bien le gardien caennais qui a été le plus sollicité en seconde période. Rémy Vercoutre a eu plusieurs interventions décisives à réaliser, essentiellement sur des frappes lointaines toutefois. « En deuxième mi-temps, Guingamp a eu la maîtrise du jeu, reconnaît Patrice Garande. On a eu chacun notre mi-temps, ça finit par un match nul. »   Avec un point, « on avance », souligne Jérémy Sorbon. Le constat vaut aussi pour Caen, mais la seule victoire obtenue lors des sept derniers matchs de championnat ne suffit pas pour avancer au rythme escompté. La cause ? L’attaque, encore et toujours. Contre Guingamp, Ivan Santini et Ronny Rodelin n’ont pas eu leur activité habituelle, même si les deux auraient pu marquer avec un peu plus de précision et/ou de réussite. Le Croate était partout et nulle part à la fois, tandis que le Réunionnais a semblé branché sur courant alternatif. Le gros point faible de l’attaque caennaise est toutefois venu d’un autre homme. Jan Repas est sûrement pétri de talent, mais le public caennais attend depuis maintenant plusieurs mois qu’il le démontre. Malgré la confiance infaillible que lui accorde Patrice Garande, le jeune slovène continue de ne rien apporter ou presque au jeu caennais. L’ennui, c’est qu’en-dehors d’un Jordan Nkololo beaucoup plus actif et volontaire, qui aurait dû être passeur décisif samedi, les solutions de rechange ne sont pas criantes. Surtout en l’absence d’Hervé Bazile. Contre Guingamp, Vincent Bessat et Christian Kouakou n’ont pas réalisé une rentrée fracassante…   Une solidité défensive qui rassure   En dépit de ce topo, qui guidera le recrutement caennais au mercato, Caen a donc eu deux très grosses occasions qu’il n’a pas su convertir. « On aurait dû faire la différence en première mi-temps, surtout qu’on a fait une très bonne première mi-temps, avec encore des situations. On est toujours dans les mêmes analyses. Sur le plan de l’efficacité, on est en-dessous de ce qu’on devrait faire. Ce n’est pas nouveau », rappelle Patrice Garande. L’avant-dernière attaque de Ligue 1, désormais suivie de très près par Metz, continue de perdre des points à sa portée faute de tueurs face au but. À Strasbourg (0-0) et Toulouse (2-0), le constat était déjà le même. Caen n’a marqué qu’un but depuis la victoire obtenue contre Bordeaux le 25 novembre, et il n’a rapporté aucun point (défaite 1-2 contre Lyon). La stérilité offensive du Stade Malherbe observée devant l’EAG peut donc laisser « quelques regrets », comme en témoigne Damien Da Silva. « On voulait mieux finir à domicile. On voulait prendre les trois points, c’était important avant d’aller à Paris. On n’a pas réussi à marquer ce but qui nous aurait permis de gagner, mais le positif est qu’on n’en prend pas. Il ne faut pas l’oublier. On a subi beaucoup d’assauts à la fin. »     Avant d’aller à Paris mercredi, Patrice Garande préférait toutefois voir le verre à moitié plein samedi soir. À raison, puisque Caen a réalisé une première partie de saison très correcte. « J’ai encore aimé le comportement de l’équipe, cette volonté d’aller marquer, de faire des choses. On a pris un point, on a 24 points, je trouve que c’est plutôt pas mal. C’est assez serré, mais il y a quand même des écarts importants avec les trois derniers. Je rappelle que notre objectif est de rester en Ligue 1. C’est le plus important. Je n’ai pas d’inquiétude particulière quant à l’objectif de pérenniser ce club en Ligue 1. » Dixième du classement, Caen compte six points d’avance sur le barragiste Lille. 

Lire…

Vidéo Voir Tout

Les Photos

Contactez Nous

TSF 98
(Contact web)
  • 325 - Centre Commercial, Quartier des Belles Portes 14200 Hérouville Saint Clair contact@tsf98.com
  • 09.54.60.60.00